La maturité artistique et la profondeur d’interprétation du Chef d’orchestre français Lionel Bringuier ont fait de lui une figure incontournable parmi les plus grands orchestres du monde et sont à l’origine de sa nomination, en 2012, à l’âge de 26 ans, en tant que Chef d’orchestre principal et Directeur musical de l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich. Alors qu’il entame sa deuxième saison avec la Tonhalle, la vision artistique et l’énergie de Bringuier, que ce soit sur ou en dehors du podium, sont en train de guider l’orchestre vers une nouvelle ère. Bringuier a été Chef d’orchestre invité de l’Orchestre philharmonique de New York, l’Orchestre symphonique de la radio bavaroise, l’Orchestre de la Gewandhaus de Leipzig, l’Orchestre symphonique du Venezuela Simón Bolívar, Philharmonia Orchestra et le Philharmonique d’Israël, entre autres.

Se fondant sur les principes qu’il a établi pendant sa saison inaugurale à la tête de la Tonhalle, Bringuier continue de célébrer la riche histoire de l’Orchestre tout en élargissant son répertoire, en renforçant son engagement en faveur de l’appui communautaire et de l’accessibilité, et en élargissant l’étendue de sa portée internationale. Une initiative clé aura été la création d’une nouvelle fonction au sein de l’Orchestre, celle de Creative Chair, une fonction remplie en 2015-16, par le compositeur Jörg Widmann. Pour lancer la nouvelle saison de l’orchestre, Bringuier dirigea l’Élégie de Widmann, avec le compositeur lui-même à la clarinette, aux côtés de la violoniste Lisa Batiashvili, l’artiste en résidence de Zürich pour 2015-16, et du violoncelliste Gautier Capuçon dans le Double concerto de Brahms. Les compositions de Windmann sont mises à l’honneur dans d’autres programmes, tandis que Batiashvili rejoint l’Orchestre pendant sa tournée européenne, notamment au Festival de Zürich 2016 ainsi que pour le Concerto pour violon de Sibelius. Parmi les autres artistes de marque invités, Il faut mentionner le baryton Matthias Goerne, la violoniste Janine Jansen, les pianistes Leif Ove Andsnes, Yefim Bronfman, et Hélène Grimaud. Pendant la saison 2015-16, Bringuier et l’Orchestre achèveront leur “Cycle Ravel”, au cours duquel sont joué l’ensemble des œuvres pour orchestre du compositeur ; cycle qui est en train d’être enregistré pour Deutsche Grammophon. Bringuier dirigera également la Tonhalle pendant une longue tournée européenne dont les temps forts seront les arrêts à Paris, Cologne, Munich, Stuttgart, Francfort et Vienne, ainsi qu’en concert au Festival de Prague et à la Beethovenfest de Varsovie.

Au-delà de Zürich, la saison 2015-16 de Bringuier sera marquée par ses débuts avec l’Orchestre symphonique de la NHK, l’Orchestre philharmonique de Seoul et l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Rome où il retrouvera Yuja Wang, qui était l’artiste résidente de la Tonhalle l’an dernier. Il retrouvera Wang à l’Orchestre philharmonique de Los Angeles pour un programme au cours duquel sera joué la première sur la côté ouest de Karawane d’Esa-Pekka Salonen. Il dirigera la première mondiale du nouveau concerto pour cor anglais de Bernhard Rands avec l’Orchestre de Cleveland. Il collaborera avec Martha Argerich et l’Alma Chamber Orchestra dans des salles telles que la nouvelle Philharmonie de Paris. Il collaborera aussi avec Matthias Goerne et l’Orchestre national de Lyon.

Bringuier avait à peine 14 ans lorsqu’il a fait ses débuts professionnels en dirigeant un concert en direct pour la télévision nationale française, mais c’est son triomphe à Besançon, lorsqu’il avait 19 ans, qui a véritablement lancé sa carrière.

En 2007, après avoir assumé les fonctions de Chef d’orchestre assistant de l’Ensemble orchestral de Paris et de Chef d’orchestre adjoint de l’Orchestre de Bretagne, il a été sélectionné parmi 150 candidats pour travailler sous Salonen en tant que Chef d’orchestre assistant de l’Orchestre philharmonique de Los Angeles, devenant ainsi à 21 ans, le plus jeune Chef à remplir ce rôle dans l’histoire de l’Orchestre et le plus jeune à diriger l’ensemble au Disney Hall. Son rapport exceptionnel avec l’Orchestre et son succès auprès du public et des critiques sont à l’origine de sa re-nomination sous Gustavo Dudamel, puis de sa promotion, en 2011, au rang de Chef d’orchestre résident. En 2009, Bringuier exerça également, trois saisons durant, les fonctions de Directeur musical de l‘Orquesta Sinfónica de Castilla y León, en Espagne. Il a également été Chef d’orchestre invité de l’Orchestre symphonique de San Francisco, l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre philharmonique de Munich et l’Orchestre royal du Concertgebouw. Il maintient par ailleurs des liens étroits avec sa ville natale de Nice, en France, et dirige régulièrement l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo.

Fervent défenseur de la composition musicale contemporaine, Bringuier a dirigé des premières notables d’œuvres de Pedro Amaral, Louis Andriessen, Karol Beffa, John Corigliano, Marc-André Dalbavie, Philippe Fénelon, Philippe Hersant, Giya Kancheli, Magnus Lindberg, Bruno Mantovani, Gérard Pesson, Kaija Saariaho, Esa-Pekka Salonen, Rebecca Saunders, Steven Stucky, Éric Tanguy, et Erkki-Sven Tüür.

Outre sa défense de la nouvelle musique, la discographie croissante de Bringuier illustre son engagement à rétablir des œuvres moins connues au sein du canon. La musique de Vincent d’Indy était l’élément central de son premier enregistrement en 2007 et La Muse et le Poète, un enregistrement effectué en 2013 pour Erato, du concerto de Saint-Saëns avec Renaud et Gauthier Capuçon, a été salué par les critiques. Ses débuts avec BBC Proms et sa direction de l’Orchestre symphonique de la BBC, dans un concert mettant à l’honneur Roussel et Chopin avec Nelson Freire, est sorti l’an dernier sur Bel Air Classiques et a été nommé le “DVD du mois” par Gramophone. Bringuier et le pianiste brésilien ont récemment joué le deuxième concerto pour piano de Chopin pour la sortie, en 2015, de Nelson Freire: Chopin, marquant ainsi les débuts du Chef d’orchestre sur le label Decca Classics. Il attend aussi avec impatience la sortie sur Deutsche Grammophon de l’ensemble de son « Cycle Ravel » avec l’Orchestre de la Tonhalle.

Né à Nice en 1986, Lionel Bringuier commença à étudier le violoncelle à l’âge de 5 ans et donna son premier récital quatre ans plus tard. Il a été admis au Conservatoire de Paris à l’âge de 13 ans, où il étudia le violoncelle sous Philippe Muller et la direction d’orchestre sous Zsolt Nagy. Il a obtenu des diplômes dans ces deux disciplines avec la “Mention Très Bien à l’Unanimité.” Bringuier s’est également vu décerner la Médaille d’or du Lord-Maire de Nice en 2012, après avoir obtenu le premier prix d’un concours organisé par l’Orchestre philharmonique Janácek ainsi que la “Médaille d’or à l’unanimité avec les félicitations du jury à l’Académie Prince Rainier III” de Monaco.